Penser en termes de marketing et de stratégie

La contraction des budgets culturels conduit de plus en plus collectivités et associations à rechercher des financements privés complémentaires (mécénat, financement participatif, boutique, restaurant…).

Ces pratiques suscitent encore des réticences chez certains professionnels.

Tour d’horizon de la problématique avec Jean-Michel Tobelem, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de la gestion des équipements culturels, et directeur d’Option culture.

L’entretien réalisé par Hélène Girard pour la Gazette des communes est à lire à cette adresse.

GazetteLes questions étaient les suivantes :

  • Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle ère de l’économie de la culture ?
  • Pourquoi, malgré tout, beaucoup d’acteurs culturels publics restent-ils aussi méfiants face aux subsides privés ?
  • Qu’apportent ces deux techniques ?
  • Les difficultés viennent-elles d’un manque de professionnalisation ?

N’hésitez pas à réagir et à faire part de vos commentaires !

Laisser un commentaire