Comment faire face aux restrictions budgétaires (1)

Les grands établissements

La présente crise économique, sociale et financière conduit à rappeler que si les petits établissements culturels disposent bien souvent de marges de manœuvre très faibles pour réduire leurs dépenses, déjà fortement contraintes, il n’en est pas nécessairement de même pour les plus importantes institutions culturelles de notre pays, qui ont considérablement étoffé le spectre de leurs interventions dans la période récente (spectacles, co-productions, éditions, publications, commandes, tournages, etc.).

Ces établissement pourraient donc être amenés à se recentrer sur leurs missions fondamentales (dont font bien sûr partie l’accueil des publics, la diffusion culturelle et les activités éducatives), au détriment d’actions pouvant possiblement être considérées comme moins stratégiques, à partir du moment où des choix drastiques deviennent inéluctables.

Un tel recentrage pourrait conduire à évaluer la pertinence de chacun des programmes de ces institutions au regard de leurs impératifs scientifiques, culturels, sociaux et éducatifs, qui comprennent en particulier des responsabilités essentielles dans le domaine de la politique des réserves, du récolement des collections, de la conservation préventive et de la sécurité, comme le Parlement – aussi bien que la Cour des comptes – ont eu l’occasion de le rappeler aux professionnels concernés.

Comment procéder en pratique ?

  • (Re)-définir sa mission (sa raison d’être)
  • Dessiner une vision capable de provoquer l’adhésion en interne et auprès de ses tutelles, partenaires et autres parties prenantes
  • Rédiger un plan stratégique (définissant objectifs et priorités, assortis de scénarios, le cas échéant)
  • Formaliser un plan d’action chiffré, phasé et accompagné de critères d’évaluation

Notre expérience montre que cela permet de fixer un cap clair et de retrouver des marges de manœuvre.

A suivre…

Laisser un commentaire