Le gouvernement autorise la vente des oeuvres appartenant aux collections nationales

Le gouvernement a tranché : il va rendre possible la vente d’œuvres appartenant aux collections nationales, à l’exception de celles qualifiées de « trésors nationaux ».

L’objectif est clair : trouver de nouvelles ressources pour les établissements culturels, à l’heure où le marché de l’art est au plus haut.

Cette mesure a été précédée de plusieurs rapports officiels : rapport Jouyet-Lévy sur l’économie de l’immatériel ; rapports parlementaires ; rapport de la Cour des comptes ; rapport conjoint de l’Inspection générale du ministère de la Culture et de celle du ministère des Finances.

Au moment où les budgets d’acquisition se tarissent et où les exigences de réduction des déficits publics accaparent l’attention du gouvernement et du ministère de la Culture, même les directeurs des grands établissements n’ont rien pu faire : ils ont été mis devant le fait accompli.

La décision du gouvernement s’étendra-t-elle – au-delà des musées et des monuments nationaux – aux établissements placés sous la tutelle des collectivités territoriales ?

Quoi qu’il en soit, les principales maisons de ventes aux enchères, qui plaidaient pour un assouplissement du régime de l’inaliénabilité des collections publiques, ont quant à elles exprimé leur satisfaction ; au risque toutefois de voir le patrimoine français s’appauvrir à l’avenir.

C’est à présent au Parlement de se prononcer sur cette mesure controversée, probablement dans les prochaines semaines.

Laisser un commentaire