Endowment ou fonds de dotation ?

Comme annoncé précédemment, nous revenons sur la question de l’endowment.

Il s’agit là d’un outil de capitalisation des dons qui devrait être considéré comme un instrument supplémentaire dans la panoplie des techniques de collecte de fonds.

S’agissant de la tendance au développement de la philanthropie (phénomène explicité dans nos ouvrages), il convient d’en mesurer les avantages et les inconvénients.

L’intérêt est de pouvoir intéresser des donateurs potentiels au devenir à long terme d’une institution (culturelle en l’occurrence) et de pouvoir compter sur des revenus réguliers, du moins lorsque les fonds sont gérés « en bon père de famille ».

L’inconvénient réside dans les conséquences d’une baisse de la valeur des actifs en cas de crise financière.

C’est précisément le cas actuellement aux États-Unis d’Amérique où, après avoir fortement progressé dans la dernière décennie, de nombreux endowments ont vu leur valeur décroître de plus de 20% (de la même façon que les universités ou les fondations, du reste).

Autrement dit, un outil à prendre en considération pour les grandes institutions, mais à la condition de ne pas lâcher la proie pour l’ombre : le financement public de la culture – à l’européenne – conserve quand même de sérieux atouts !

À l’heure où le droit français importe cette technique à travers les « fonds de dotation » (à l’instar du musée du Louvre avec l’argent d’Abu Dhabi), nous aurons l’occasion d’animer un atelier sur ce thème avec Jérôme Kohler, spécialiste du mécénat, des fondations et de la philanthropie, lors du SIMESITEM.

En voici la présentation (http://www.simesitem.fr/ateliers/2010/jeudi) :

Le fonds de dotation : Endowment à la française ou fonds de collecte ?

L’atelier répondra aux questions suivantes. L’endowment (ou fonds de dotation) : pour qui, pourquoi, comment ?
La récente création de « fonds de dotation » par loi du 4 août 2008, sur le modèle des endowments américains, a donné lieu à un premier cas d’utilisation par le musée du Louvre. Selon la loi, « le fonds de dotation est une personne morale de droit privé à but non lucratif qui reçoit et gère, en les capitalisant, des biens et droits de toute nature qui lui sont apportés à titre gratuit et irrévocable et utilise les revenus de la capitalisation en vue de la réalisation d’une &oeliguvre ou d’une mission d’intérêt général ou les redistribue pour assister une personne morale à but non lucratif dans l’accomplissement de ses &oeliguvres et de ses missions d’intérêt général. » Le fonds de dotation bénéficie en outre d’un processus de création très simple, peut être contrôlé par ses fondateurs et dispose d’une grande souplesse dans la gestion de la dotation, qui peut être évolutive et consomptible.
La question est donc posée aux établissements culturels : faut-il créer un fonds de dotation, à quoi cela sert-il, quelles sont les conditions à prendre en compte, peut-il constituer un outil efficace pour le mécénat et la collecte de fonds ? Telles seront les interrogations auxquels Jean-Michel Tobelem (Option Culture) et Jérôme Kohler (L’Initiative philanthropique) apporteront des réponses concrètes.
Le sujet des endowments est abordé dans deux ouvrages de Jean-Michel Tobelem, docteur en gestion : Musées et culture, le financement à l’américaine et Le nouvel âge des musées, les institutions culturelles au défi de la gestion.
Jérôme Kohler est spécialiste du mécénat, des fondations et de la philanthropie. Avec son associé Yannick Blanc, il a créé plus de 17 fonds de dotation sur les 70 existants.

Pour s’inscrire (gratuitement, sur réservation) : http://www.simesitem.fr/simesitem/preenregistrement

Laisser un commentaire