25ème anniversaire du Cycle supérieur de management

L’Institut national des études territoriales (INET) a fêté en 2010 les 25 ans de son Cycle supérieur de management (CSM).

L’INET est un établissement du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), organisme paritaire de formation des fonctionnaires et agents territoriaux, dont la mission est de former les cadres de direction des grandes collectivités territoriales. C’est le pôle de compétences « management stratégique de l’action publique territoriale » du CNFPT.

Conçu pour des cadres expérimentés, le CSM « vise l’acquisition de compétences en management stratégique dans une perspective d’évolution professionnelle. Il est orienté vers la performance de l’action managériale et s’inscrit ainsi en accompagnement des politiques de gestion des compétences menées par les collectivités en vue de renouveler leurs équipes de direction. »

Destiné à des cadres qui se préparent à des fonctions de direction générale, il vise ainsi « l’acquisition de compétences telles que la compréhension de l’évolution des différents environnements, la conduite d’un raisonnement stratégique, l’optimisation des leviers de l’action, la mise en œuvre des changements nécessaires. »

Nous y revenons à l’occasion d’un article paru dans la Gazette des communes (n° 2055, 29 novembre 2010, dossier réalisé par Laurène Solal).

Voici quelques extraits de ce dossier :

  • « Directeurs généraux adjoints, chargés de mission, mais aussi médecins, officiers de sapeurs-pompiers et conservateurs deviendront à leur tour les maillons d’une chaîne amorcée à l’époque où se dessinait un nouveau paysage » (L.S.)
  • Le management est un « concept qui permet de réconcilier et de globaliser politique et gestion, d’aborder toutes les problématiques de la gouvernance d’un territoire » (J. Marsaud)
  • « Le management territorial présente une double proximité spécifique, force de l’action publique locale : celle des élus, articulation fine entre politique et gestion, et celle du territoire, entraînant une perception étroite des besoins et impacts » (A. Bartoli)
  • « De par la multiplicité de ses acteurs et ses contraintes d’efficacité multicritères, le management territorial repose donc sur un travail coopératif. » (L.S.)
  • « Si les maîtres mots sont aujourd’hui l’efficacité, la performance, le meilleur service au meilleur coût, cela implique aussi de mieux se servir de tous ces outils qui peuvent, au premier abord, sembler rebattus » (B. Romoli)

Si le management territorial accorde pour l’instant une place mesurée à la politique culturelle et à la gestion des équipements culturels, nul doute que les acteurs de la culture auraient tout intérêt à s’approprier les concepts, outils et méthodes du management public.

Les témoignages des professionnels de la culture ayant suivi ce cycle de formation sont donc particulièrement les bienvenus !

Laisser un commentaire