Vous avez dit Organisation culturelle de marché ? (1)

Depuis que nous avons forgé le concept d’organisation culturelle de marché (OCM), à l’occasion d’une thèse de doctorat en sciences de gestion, ce terme a été parfois mal compris ou mal interprété. Il ne semble donc pas inutile d’y revenir.

L’origine du concept provient des transformations des sites culturels, marquées par les phénomènes suivants : diversification des missions, impératifs financiers croissants, transformation des structures juridiques, complexité organisationnelle grandissante, responsabilité accrue à l’égard des fonds publics, apparition de nouvelles stratégies, exigences d’ouverture à de nouveaux publics, développement des procédures de contractualisation et d’évaluation, renforcement des contrôles, essor des activités commerciales (http://www.espacestemps.net/document1878.html).

Pour autant, les musées ou les monuments sont avant tout des institutions sans but lucratif, ce qui interdit – en toute rigueur – de parler d’« entreprises » à leur sujet, même si elles font une place grandissante à une démarche « entrepreneuriale ».

Au-delà d’un déplacement des frontières entre secteur marchand et non marchand, il semble par conséquent nécessaire de proposer un concept capable de décrire des institutions hybrides évoluant entre le service du public et l’insertion dans le marché, comme nous le préciserons dans un prochain billet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.