Les Australiens et la Grande Guerre : un centenaire marquant

Le tourisme de mémoire occupe une place importante en France, concernant principalement les théâtres des combats dans l’est et le nord de l’Hexagone pour ce qui concerne la Première Guerre mondiale, et les plages du Débarquement en Normandie s’agissant de la Seconde Guerre mondiale.

Si l’on pense fréquemment aux soldats du Royaume-Uni, du Canada ou des États-Unis d’Amérique lorsque l’on commémore la Première Guerre mondiale, on évoque moins souvent le rôle de ceux qui sont venus de la lointaine Australie.

Et pourtant…

Dans ce billet, nous présenterons dans un premier temps quelques éléments tirés du dossier de presse pour l’ouverture du Mémorial national australien de Villers-Bretonneux / Sir John Monash Center (agence Cohn & Wolfe, 12 avril 2018).

Puis nous parlerons de l’importance du tourisme de mémoire australien en France.

Qu’est-ce que l’ANZAC Day ?

« La Journée commémorative de l’ANZAC [Australian and New Zealand Army Corps] est célébrée le 25 avril de chaque année en Australie, Nouvelle-Zélande, en France, aux Samoa, aux Tonga, aux îles Cook, à Niue ainsi qu’en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française. Il commémore la sanglante bataille de Gallipoli entre les Australiens et Néo-Zélandais de l’ANZAC contre l’armée ottomane en 1915, et la bataille de Villers-Bretonneux où les forces du Commonwealth stoppèrent l’avancée allemande en 1918 et l’engagement des troupes australiennes et néo-zélandaises en France et en Belgique. »

Centre Sir John Monash. Credit image Department of Veterans Affairs.

Le saviez-vous ?

  • Entre mars 1916 et novembre 1918, plus de 295 000 Australiens ont servi au sein de la Force Impériale Australienne en France et en Belgique.
  • Les actions australiennes ont joué un rôle déterminant dans la libération de Villers-Bretonneux en avril 1918. Le drapeau australien flotte encore aujourd’hui à Villers-Bretonneux, dont l’une des rues principales a été nommée rue de Melbourne.
  • Le commandant en chef Sir John Monash – né de parents juifs prussiens à West Melbourne – connut son heure de gloire lors de la bataille de Hamel (4 juillet 1918) : il avait planifié la bataille pour une durée de 90 minutes ; elle s’acheva en 93 minutes !

Le Centre Sir John Monash

Le Centre Sir John Monash, situé à proximité de Villers-Bretonneux, a ouvert ses portes en avril 2018 pour raconter l’histoire de l’Australie sur le Front Occidental.

Établi sur le site du Mémorial National australien et adjacent au cimetière militaire de Villers-Bretonneux, c’est un endroit clé du Chemin de mémoire australien sur le Front Occidental.

Financé à hauteur de 60 millions d’euros par le gouvernement australien, le Centre prévoit d’accueillir 100 000 visiteurs par an.

Pendant la construction, plus de 200 objets et vestiges personnels et 230 kg de munitions non explosées provenant de la Première Guerre mondiale ont été découverts.

Chaque année 1,5 million d’Australiens parcourent le Chemin de mémoire australien le long du Front Occidental pour mieux comprendre le rôle de leur pays au cours de la Première Guerre mondiale.

  Battle Location Date of Battle What happened here
Passchendaele October–November 1917 Failed Australian attack in the final phase of 3rd Battle of Ypres.
Broodseinde October–November 1917 Australian victory, the third in a series of successes after the Battle of Menin Road.
Polygon Wood September 1917 Australian victory at 3rd Battle of Ypres.
Menin Road September 1917 Beginning of the Australian participation in 3rd Battle of Ypres—Australian victory.
Messines June 1917 Australian victory—3rd Divisions first major battle.
Fromelles July 1916 The 5th Division suffers a disastrous defeat in the first major Australian operation on the Western Front.
Bullecourt April–May 1917 During the Battle of Arras, the first Australian attack on Bullecourt fails, the second succeeds.
Pozières July–August 1916 1st Anzac Corps captures Pozières village and the heights beyond.
Mouquet Farm August–September 1916 Australian defeat—After Pozières, 1st Anzac Corps fails to capture Mouquet Farm.
Le Hamel July 1918 Brigades from 2nd, 3rd and 4th Australian Divisions capture Le Hamel.
Villers-Bretonneux April 1918 At the second battle of Villers-Brettoneux the Australians recapture the village.
Mont St Quentin September 1918 2nd Australian Division captures Mont St Quentin.
Péronne September 1918 South of Mont St Quentin, Péronne is taken by 5th Australian Division.
Bellenglise September 1918 4th Division captures the Hindenburg Outpost Line in its last battle of the war.
Gueudecourt November 1916 Rested after Pozières, 1st Anzac Corps returns to the Somme, making limited gains.
Lagnicourt April 1917 The Australians repulse a German counterattack between the First and Second Battles of Bullecourt.
Hébuterne March–April 1918 4th Australian Division defensive victory.
Dernancourt March–April 1918 Australian defensive victory south of Albert.
Morlancourt March–June 1918 Between the Aisne and Somme rivers 2nd, 3rd and 5th Australian Divisions in turn advance towards Morlancourt.
Hazebrouck April 1918 1st Australian Division holds Hazebrouck against the German Sixth Army.
Hangard Wood April 1918 South of Villers-Bretonneux the Australians failed to capture Hangard Wood.
Merris May–June 1918 1st Australian Division, in a series of small operations, recovers ground lost in the German offensive.
Etinehem August 1918 13th Brigade (4th Division) captures Etinehem.
Bray August 1918 The Australians capture Bray as part of the general advance from 8 August.
Proyart August 1918 Several days after the commencement of the 8 August offensive, the Australian 10th brigade (3rd Division) captures Proyart.
Chuignes August 1918 Australians capture Chuignes ridge overlooking the Somme during the Second Battle of Albert.
Lihons August 1918 1st Australian Division captures Lihons.
Bellicourt September 1918 The Australian Corps breaks through the Hindenburg Line.
Montbrehain October 1918 The last phase of the Hindenburg Line breakthrough and the Australian infantry’s last battle.
https://anzacportal.dva.gov.au/history/conflicts/australians-western-front/australian-remembrance-trail

Le tourisme de mémoire dans le nord de la France

Voici quelques points à retenir de l’étude suivante : Tourisme de mémoire – Great War. Départements Nord, Pas-de-Calais, Somme, Observatoire de Tourisme Westtoer, mai 2015.

  • Dans les trois départements du Nord de la France, les visiteurs individuels représentent 39% des visiteurs Grande Guerre, les visiteurs en groupe scolaire 43% et les visiteurs en groupe non-scolaire 18%.
  • Presque 80% des visiteurs de la Grande Guerre viennent de l’étranger : la plupart du Royaume-Uni, mais aussi de l’Australie, du Canada, de la Belgique et d’autres pays. En volume, les visiteurs britanniques en groupes scolaires sont plus importants que les visiteurs britanniques individuels.
  • Les visiteurs français représentent seulement 22% des visiteurs de la Grande Guerre.
  • 53% des visiteurs séjournent dans un des trois départements du Nord de la France pour en moyenne 3,3 nuitées. Ils séjournent surtout dans le Pas-de-Calais (Arras, Montreuil) et dans la Somme (Péronne, Amiens). 28% des visiteurs sont des excursionnistes et 19% séjournent hors des trois départements concernés (surtout dans le Westhoek mais aussi en Picardie et en Normandie).
  • L’âge moyen des visiteurs individuels de la Grande Guerre est de 49 ans et celui des visiteurs en groupe non-scolaire de 53 ans. Une cinquième des visiteurs individuels visite les sites de mémoire avec des enfants.
  • En moyenne, les touristes visitent 5,3 sites de mémoire dans le Nord de la France durant leur excursion ou leur séjour. Les sites les plus fréquentés sont le Mémorial national du Canada à Vimy, le Mémorial de Thiepval et le Mémorial Terre-Neuvien de Beaumont-Hamel.
  • Pour 93% des visiteurs de la Grande Guerre, la présence des sites de mémoire de la Grande Guerre est la seule raison ou l’une des raisons pour choisir le Nord de la France comme destination pour leur séjour ou leur excursion.
  • La plupart des visiteurs sont motivés par un intérêt pour l’histoire de la Grande Guerre. Mais – surtout chez les Britanniques, les Australiens et les Canadiens – il y a aussi le motif de rendre hommage à un parent.
  • Le tourisme de mémoire est bien reparti sur 9 mois de l’année. Les prestataires locaux comme les différents types d’hébergement, les restaurants, les cafés et les magasins bénéficient le plus des dépenses des visiteurs.

Organisation de la visite du Centre : invitation de l’agence Cohn & Wolfe. Transport en autocar de Paris à Villers-Bretonneux et retour. Visite du Sir John Monash Center (non entièrement achevé). Cocktail déjeunatoire sur place. Aucun document remis.

Merci à l’Agence de développement et de réservation touristiques Somme Tourisme (Corentin Bojda, Aude Carrier).

 

Laisser un commentaire