Pourquoi les conservateurs de musées sont-ils fragilisés ?

Pourquoi les conservateurs de musées sont-ils fragilisés ?

Tel est le titre de l’article d’Hélène Girard paru dans la Gazette des communes, dont voici la présentation, à la suite de la publication suivante :

«Les conservateurs de musées connaissent une déstabilisation inédite.». Tel est le constat de Frédéric Poulard, maître de conférence en sociologie à l’Université Lille 1, et de Jean-Michel Tobelem, directeur de l’institut d’études et de recherche Option Culture.

Au départ, il s’agissait d’une hypothèse fondée sur la lecture du Livre Blanc des musées, rédigé en 2011 par l’Association des conservateurs de collections publiques de France (AGCCPF).

A l’époque, les conservateurs pointaient déjà des motifs d’inquiétude pour leur avenir : nouvelles professions montantes dans les musées (médiateurs, restaurateurs…), démographie professionnelle en berne, lourdeurs administratives etc.

Après une analyse des conditions d’exercice du métier, les deux universitaires voient leur hypothèse confirmée.

Dans l’ouvrage qu’ils ont codirigé – « Conservateurs de musées, atouts et faiblesses d’une profession » (1) – ils identifient les courants qui fragilisent le positionnement de cette profession dans l’univers des musées.

Pour la Gazette, Frédéric Poulard développe ces constats.

Les-conservateurs-de-museesLa suite est à découvrir à l’adresse suivante.

Un constat que ne partage pas l’actuel président de l’association des conservateurs (voir notre billet).

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire